Accueil

Auteur

 

Enfant, j'avais l'imagination fertile,

D'une assiette ébrèchée, je faisais un trésor perdu au fond des mers.

Cela m'occupait de longs moments.

Mais l'école supplanta bientôt la liberté,

J'appris à me plier aux sujets imposés !

J'y perdis ma capacité de rêver.

Etudiant, je me pris de passion pour les chiffres.

J'en oubliai les lettres !

Professeur,

J'enseignai la logique,

Gestion et fiscalité délimitèrent mon royaume.

Mais un jour,

Par un drôle de hasard,

 L'écriture vint frapper à ma fenêtre !

A coups de canons,

Elle fit sauter la porte blindée

De mon imaginaire.

Alors,

Un bataillon de neuronnes

Se mit en marche...

Et me fit redécouvrir le monde !

Posté par B2IA à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03-04-20

Comme un oiseau sur la mer...

Monique Etienne : Extrait de l'avant-propos

Si les Palestiniens ne peuvent pas se projeter dans une perspective de libération à court terme, ils ne baissent pas les bras pour autant. Ils ont cessé de rêver un changement rapide. Ils savent que leur incombe la tâche de préparer l’avenir des générations futures par de nouveaux modes de résistance qu’ils appellent Sumûd. C’est cette forme de résilience que symbolise Amal, la petite palestinienne naufragée du roman de Daniel Berthet

 Patrice Saunier : Extrait de la préface

 Ce n'est pas d'un oiseau funeste dont nous parle Daniel Berthet dans son « déjà » 8e roman mais d'un oiseau radieux, libre de voler sur une mer rougie seulement du sang d’un soleil qui resplendit sur un peuple en lutte.

 D'une écriture incisive mais remplie de tendresse devant l'effroyable, le  narrateur  porte au monde les alarmes, les insultes subies et les souffrances du peuple palestinien.

Les mots sont jetés comme des bouteilles à la mer et deviennent ivres d'évidence tant ils respirent la vie.

 Marc Zbinden :

Je viens de terminer la lecture de ton superbe livre, avec beaucoup d'intérêt et souvent d'émotion.

C'est vraiment très réussi, le symbolique ne s'éloigne pas d'une réalité dramatique que ce soit en Palestine ou en Europe (histoire d'Irina). C'est aussi pédagogique avec le rappel d'étapes importantes de l'histoire de la Palestine et les notes de bas de page, et, à la fin, les citations qui dans leur cynisme dévoilent les intentions présentes dès les débuts du sionisme.

Le livre est très abordable et très utile pour ceux qui ne seraient pas encore sensibilisés au drame palestinien. Un grand merci pour ce beau travail, bien documenté.

 Jean-Paul Degache : Notre jardin des livres

Quand il réussit à sortir de Gaza, côté égyptien, Mounir n’est pas seul car il emmène avec lui sa fille, Amal qui, Comme  un oiseau sur la mer, dans sa nacelle sur laquelle est brodé "Gaza Libre", va connaître une aventure incroyable et très complète, profondément révélatrice du sort terrible réservé à tout un peuple qui trouve quand même la force de résister mais qu’il faut absolument aider comme le fait l’Association France-Palestine Solidarité : http://www.france-palestine.org/.

Comment ne pas penser à ce qu’a écrit Janina Hescheles Altman dans son livre paru en 1946, Les Cahiers de Janina ? Elle l’a écrit alors qu’elle avait douze ans et se trouvait dans le ghetto de Lvov, en Ukraine, ajoutant ceci en 2015 : « Notre passé tragique ne nous donne pas le droit, en Israël, de confisquer des terres, de détruire des maisons, d'arracher des champs d'oliviers entretenus pendant des générations. »

Laurent De Wangen :

Bravo pour ton roman que j’ai quasiment lu d’une traite (c’est assez facile avec ce confinement). Il est passionnant et tu montres bien la résilience des Palestiniens, le fameux soumoud.

Micheline Fontaine :

Je viens de lire votre livre avec un grand intérêt. J'ai beaucoup apprécié les détails sur Gaza et les conditions de survie des Palestiniens. La projection sur 2048 n'est pas très réjouissante mais c'est ce qui doit donner envie d'agir dès maintenant...

Marie Jo Fressard :

Je viens de poser  "Comme un oiseau sur la mer ..." Belle histoire ! Beau livre que je n'ai pas pu lâcher avant de l'avoir terminé, bien construit pour faire découvrir tout le problème palestinien.Je le ferai circuler.

 Geneviève Meca :

 Je viens vous dire Merci pour votre beau roman.

Je me suis régalée à sa lecture. Et c'est vrai que ça permet de mieux comprendre la réalité de ce qui s'y passe.Je ne peux malheureusement pas voir les presonnes à qui je destinais les autres volumes. Mais ce sera fait dès que possible !
En attendant je fais tourner le mien.
Céline Barbier :
Après un avant-propos de Monique Etienne, fortement engagée dans l'association AFPS (Association France Palestine Solidarité), tout comme l'auteur d'ailleurs et une préface rédigée par Patrice Saunier, l'auteur nous plonge au coeur de l'horreur en décrivant ce conflit entre Palestiniens et Sionistes (à ne pas confondre avec tout le peuple juif bien évidemment). Ici, nous ne devons pas faire de généralisation mais l'auteur, en dénonçant vertement s'appuie sur des faits concrets, dates et chiffres à l'appui.

Nicole Briend :

 J’ai terminé la lecture de votre livre et je suis contente de ce moment de lecture. C’est une façon très agréable de reprendre le fil de cet aspect du conflit israëlo-palestinien. La réalité est dure mais le récit est fluide, sans pathos mais avec beaucoup d’empathie. Le courage des personnages, leur détermination est impressionnante autant par les sacrifices qu’ils engendrent que par le naturel avec lequel ils les vivent.

Ghislaine Degache :

Ce roman permet de façon simple mais extrêmement bien documentée de comprendre la lutte que mène le peuple palestinien entré en résistance, qui exige que justice lui soit rendue et que cesse enfin l'apartheid. L'histoire de cette petite palestinienne naufragée nous raconte la lutte menée dans ces territoires occupés pour sauver l'espace qui se réduit de plus en plus. Tout en sachant que le combat sera long, les palestiniens ne baissent pas les bras et même si les anciens meurent, les jeunes n'oublient pas ! C'est donc, à la fois un constat de combat voué à l'échec et en même temps un entêtement et une volonté qui ne se démentent pas et qui espérons-le seront finalement entendus.

 Christiane B. :

J'ai lu le roman avec beaucoup d'intérêt  notamment  concernant  les idees expansionnistes d'Israël : "le Grand Israël". Le  livre a l'intérêt d'être  romancé  et en même  temps  historiquement  bien documenté : ce qui le rend agréable à lire et  lui donne  le mérite de retenir toute l'attention  du lecteur.

 Brigitte et Henri Guillot

Nous avons beaucoup aimé ton livre, bien construit et
très édifiant...c'est vraiment très dur pour ce peuple de vivre sous le
joug d'Israël!

 

 

 

Posté par B2IA à 04:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03-11-18

Putain de Guerre!

Patrice Saunier (Extrait de la préface)

   Ce roman nous sort de notre vie rangée dans laquelle nos enfants sautillent dans un jardin aux pelouses interdites sans risque de perdre la vie sur une mine...  

  Il nous conduit aux confins d’un absurde qui imposait aux enfants du peuple le sacrifice suprême pour l’honneur d’un nom inscrit sur la pierre d’un monument aux morts !

    Dans son écriture de plus en plus cinématographique, Daniel nous invite aux confins de l’indicible dans une langue fluide à nous rappeler de ne pas oublier et l’on se met à croire un instant que tout pourrait changer, imagine…

Jean Jourdan

     Je viens de terminer le livre de Daniel Berthet « Putain de Guerre ! ». Comme pour ses précédents ouvrages, c'est un plaisir à lire. L'écriture est « gouleyante ». On lit comme on dégusterait un verre de grand cru.

       Des écrits sur la guerre il y en a eu, trop souvent à la gloire des massacreurs. Rarement, sous la forme d'un roman, les souffrances, les humiliations, les incompréhensions et la bêtise des ignorants n'ont été aussi bien décrits.

     A mesure que l'on tourne les pages, on ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec la situation actuelle. Il n'y a plus de capo, mais il y a des managers, véritables cerbères de la finance que ce soit dans les centres d'appels, chez Mac-Do ou chez Amazone... La lettre de licenciement a remplacé le peloton d'exécution, le smartphone et la toile ont remplacé les Lebel et les Rosalies. Quant aux tirailleurs africains, il sont remplacés par les femmes et les enfants qui, dans le Sud-est asiatique, triment pour fabriquer des maillots a la gloire d'une équipe de foot.

    En plus, ce roman décrit assez bien les Basses-Alpes des années 50 avec ses personnages rustres et attachants à la fois. Le Saturnin ou d'Ernest ressemblent étrangement à certains paysans que j'ai pu rencontrer aussi bien à Pierrerue que dans les oliviers de Lurs. Je me souviens même d'un ermite le Cirile qui vivait de je ne sais quoi dans un cabanon à Forcalquier au bord du Buveron. J'en avais peur. Il venait se faire couper le cheveux chez mon oncle tondeur de mouton. Là, assis sur une brouette , avec les outils qui servaient pour les moutons mon oncle raccourcissait sa tignasse.

        Et puis, et c'est moins drôle il y a les épisodes à Banon et en particulier dans le cimetière.

       Cela a réveillé la mémoire d'un camarade de régiment originaire de Banon revenu chez lui dans une caisse en bois suite à un « accident » sur le port d'Alger. Putain de guerre !.

       Merci pour cette balade dans les Basses-Alpes.

 

Georges Grolière

      Ce matin, 12 novembre 2018 avant le soleil levant, je terminais la lecture de ton dernier roman; lecture qui m'a plu autant par son contenu dont ses nombreux dialogues habilement écrits entre Baldenuit, Demi-lune et le môme qui les fait parler que par le moment présent qui fera que la Der des Der n'aura jamais été autant rappelée au monde entier

 

Jean-Paul Degache  (Extrait de sa chronique à lire sur son blog)

        Avec Putain de guerre !, Daniel Berthet a su écrire et raconter d'une façon originale le cauchemar des tranchées, de tous ces hommes envoyés à la boucherie par d'autres aux épaulettes étoilées, à la solde des marchands d'armes et des banquiers, comme c'est si bien dit à la fin du livre.
     Ne pas oublier, c'est aussi rappeler que des hommes ont été fusillés par leurs propres camarades portant le même uniforme ou envoyés à l'abattoir, mains liées, sans casque, « pour l'exemple », comme on disait.

 Céline Barbier

    L'auteur dénonce ici l'injustice faite à tous ceux qui sont morts pour la France et qui ne figurent pas sur nos monuments aux Morts car ils ont été "fusillés pour l'exemple" donc considérés comme des traîtres mais est-ce réellement une traîtrise que de ne pas vouloir se battre ? de s'indigner de la cruauté des hommes ?
    Un roman engagé extrêmement fort que je ne peux que vous encourager à venir découvrir car l'on ne doit pas oublier...jamais !

Posté par B2IA à 04:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30-06-17

1851 - Marianne des Mées

 Christiane B.

 Félicitations pour ce roman à vocation historique et en plus locale ! L'écriture est riche et fluide aussi bien au niveau du vocable que des métaphores très  sympathiques. Les chapitres s'enchaînent  naturellement et structurent parfaitement l'ensemble qui vise a retracer ce passage de l'histoire

 

Florence Bellon  ( Lire sa chronique sur le site Livre Alpes de haute Provence)

Ce roman nous plonge dans le passé pour en tirer encore une fois une leçon. Le roman évoque la réaction au coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851, des habitants des Basses Alpes et du Var.  L’injustice, la résistance, la révolte populaire, dans le passé comme aujourd’hui, sont les mots d’ordre des romans de Daniel Berthet.

De la vie de misère à Digne jusqu’aux fastes du pouvoir à Paris, vous voyagerez dans le temps et dans l’espace à travers les personnages du roman auxquels on ne peut que s’attacher.
A lire pour ne pas oublier cette part de notre histoire et comme un hommage à ces hommes et ses femmes qui se sont révoltés.

 

Jean-Paul Degache (Extrait de sa chronique à lire sur son blog)

 Le récit, passionnant de bout en bout, débute en mai 1850 avec la légende du Pas de Marie, un lieu devenu arrêt de messagerie entre Manosque et Digne. C’est là qu’arrive la patache, la diligence que Marianne va prendre.

 C’est elle l’héroïne de 1851, Marianne des Mées.

  Les mots du terroir fleurissent « fan de chichourle, fan de pute » dans la bouche du père Laburlière et de Jules Sainfoure qui détaillent Marianne. Les descriptions sont savoureuses. À bord de la patache, Cunégonde De Louvion de Saint-Cyr est avec son mari, M. Dupré qui vient d’être nommé préfet dans ce département lointain.

 Le décor est planté mais c’est à Digne que les événements se bousculent avec l’arrivée de ce nouveau préfet, un procureur et un colonel de gendarmerie n’hésitant pas à arrêter et condamner des innocents pour préserver les intérêts d’une caste regroupée dans l’Ordre de Pentacrine, des nostalgiques de l’Empire.

Les trois parties qui suivent portent des titres évocateurs : Haro sur la justice ! Haro sur l’assemblée ! Haro sur le peuple ! Le récit est haletant, plein de rebondissements, nous emmène jusqu’au palais de l’Élysée où le Président Louis-Napoléon, surnommé Badinguet, prépare son Coup d’État. Au passage, l’auteur ne néglige pas les amours de Cunégonde et de Magloire.

 Céline Barbier (Extrait de sa chronique à lire sur Babelio)

Plus qu'un roman historique, il s'agit ici d'un pan de l'Histoire que Daniel Berthet nous offre à découvrir, celui de deux départements que furent les Basses-Alpes et le Var et qui ont résisté plus que ce que la seule raison pouvait leur dicter et enfin l'histoire d'hommes et de femmes, qu'ils soient fictifs ou non, qui ont marqué à leur manière, ce temps et qui perdureront dans nos mémoires .

 

Posté par B2IA à 07:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07-11-15

Au nom de notre bonne Foi !

 Christiane B.

          Sur fond de guerre de religion l'histoire m'a beaucoup plu, l'intrigue est bien menée ,les personnages authentiques et attachants et surtout les retrouvailles sont très émouvantes. C'est tres agréable à lire avec même un peu de suspense tout au long de ce devenir de la guerre, ce qui donne encore plus de charme à la lecture.  Merci pour ces beaux instants de partage.

 FELICITATIONS  a un auteur qui mérite d'être reconnu par un plus large public ...

 

Florence Bellon   ( Lire sa chronique sur le site Livre Alpes de haute Provence)

      Un beau roman qui nous emmène en l’an 1562 en pleine guerre de religion entre les armées protestante et catholique. Pendant une année, nous allons suivre Tienot qui se trouve mêlé malgré lui à toutes ces atrocités de la guerre. Nous voyageons avec lui entre Mane, Forcalquier, Sisteron, Gap et Grenoble.  J’ai apprécié le langage employé avec des termes de la langue d’époque. Les outils, les métiers, les mots… tout est très bien documenté pour rendre le récit réaliste et dépaysant.  J’ai aimé aussi le recul nécessaire qu’a eu l’auteur pour arriver à nous faire rire malgré tout le mal que les hommes se font les uns aux autres, que ce soit, comme dans ce roman, il y a 450 ans ou comme aujourd’hui encore…

 

Céline Barbier (Lire sa chronique sur Babelio )

           L'auteur s'est intéressé aux guerres de religions qui ont terrassé l'Europe au cours du XVI ème siècle entre Protestants et Catholiques. Les Protestants d'un côté, encore appelés huguenots ou parpaillots et les Catholiques rangés du côté de Rome de l'autre et entre les deux, il y a tous ceux et celles qui , n'ont rien demandé et sont pourtant bien obligés de se placer quelque part ! C'est le cas de celui que l'on appelle Le Borgne et de son fils Tienot, les héros qui vont d'abord s'engager aux services des capitaines Furmeyer et Mauvans voulant délivrer la citadelle de Sisteron.
Très vite, nos deux héros, qui tandis que l'un est fait prisonnier et laissé pour mort et que l'autre continuera de se battre tant bien que mal, vont se rendre compte qu'en réalité, il n'y a pas de bon ou de mauvais côté, pas de bons ou de méchants et que tout ceci ne peut mener qu'à un effroyable massacre. Pourquoi ? Pour rien si ce n'est des idées qui ne s'accordent pas sur certains points. Et alors, ne peut-on pas tous vivre en harmonie en ayant des religions, des points de vue différents ? Voici le grand thème de ce livre et qui, je crois, restera l'éternel questionnement des hommes jusqu'à la fin des temps ! C'est au cours de son aventure en pays de Forcalquier, que Tienot, faisant de nombreuses rencontres aussi variées les unes que les autres, va amener le lecteur à s'interroger sur ce point.

 

Posté par B2IA à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10-07-14

PORTEURS DE RÊVES

          

  Jean Jourdan

      Je viens de terminer la lecture presque d'une traite du livre de Daniel Berthet."Porteurs de rêves".
    La lecture de ce roman m'a replongé dans une période peu glorieuse de ma vie, mais le nez dans le guidon, l'âge, et le peu d'informations à l'époque avaient occulté la réalité. Depuis je cherche à en savoir davantage, beaucoup de choses sont écrites sur cette période et pas toujours des plus objectives.

    La performance de ce livre consiste à retracer toute une période au travers d'un roman .
    On y trouve ou retrouve tout ce que transporte une guerre : les trahisons, les hésitations les ralliements, les retournements, les manipulations, les incompréhensions, les profiteurs les indifférents etc. Toujours son lot de misères de deuils, de souffrances dans tous les camps.

     "On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels !" disait Anatole France.

      Oui, ce roman mérite d'être mieux connu.

   Ce roman traduit impeccablement bien Jacques Prévert : «Quelle connerie la guerre ! ».

 

***************************************************

 Céline Barbier    (Lire sa chronique sur Babelio)

          On parle beaucoup du centième anniversaire de la Première Guerre mondiale, du soixante-dixième anniversaire du débarquement mais qu'en est-il du soixantième anniversaire de la Guerre d'Algérie ?

        Dans ce roman, Daniel Berthet nous fait explorer les deux bords de ce conflit qui opposa la France et l'Algérie de 1954 jusqu'à l'indépendance de cette dernière en 1962 mais il va même encore plus loin puisque le lecteur, se trouve, en tout début de ce roman, en 2009 dans l'hôpital de la Timone à Marseille et y reviendra d'ailleurs régulièrement puisque un ancien militaire appartenant au régiment des "Cobras" se souvient et nous transmet, à nous lecteurs, ses souvenirs de cette guerre.

       L'auteur réussit à merveille à intercaler les faits historiques dans ce roman avec des personnages très attachants et surtout, beaucoup de philosophie ! A découvrir !

********************************************************

 


Posté par B2IA à 08:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26-06-14

L'ANNEAU DE SAINT-JERÔME

       Joël Belleville

     J'ai eu l'opportunité de lire ce bel ouvrage paru en 2012 chez Kariel B. Edition

     C'est un très beau roman, écrit avec beaucoup de force et de maîtrise.

     Voilà un livre très passionnant.

     Bravo !

 

        Céline Barbier  (Lire sa chronique sur Babelio)

       Dans le petit village d'Ourène en plein coeur de la Provence, près de la ville de Digne, le Tienot vivait paisiblement avec son épouse Clermonde et leur fille Ercilie. Bien que vivant en reclus, puisque huguenots et donc en marge de la société catholique de l'époque, la vie était dure à la fin du seisième siécle jusqu'au jour où le père fut cruellement assassiné, laissant femme et enfant sans ressource.
          La Clermonde ayant voulu toucher, au moins une fois dans sa vie, l'anneau de Saint-Jérôme, présenté aux paroissiens lors de la messe de minuit, elle va, sans le vouloir, emmener sa fille avec elle dans une tourbillon d'aventures des plus horribles qui soient. Accusées à tort de sorcellerie, une seule issue les attend : la mort sur le bûcher...

       Un roman d'une justesse extraordinaire quant à la précision des lieux, du langage employé à l'époque, des différences entre lois des tribunaux ecclésiastique et civil, une histoire qui vous tient en haleine jusqu'à la toute dernière page et avec des personnages très variés.

        En effet, autant certains sont très attachants, les autres au contraire sont extrêmement répugnants et atroces dans leur manière d'agir.

         A découvrir !

Posté par B2IA à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03-09-13

Extraits

Posté par B2IA à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26-08-13

Romans

    

Pour lire un extrait du livre, cliquer sur l'image du livre.


Pour lire la chronique de JP Degache, cliquer sur le titre du livre

 

Pour lire la chronique de Céline Barbier sur Babelio, cliquer sur le lien correspondant

        

RECTO1

 

Comme un oiseau sur la mer...

                      (Publié en 2020)

        Chronique de Céline Barbier sur Babelio

           Commande en cliquant sur le   Bon_de_commande    

 ( 15 € dont 5 € reversés pour l'Aide Médicale à Gaza)

 

 

 

 

Recto           Putain de Guerre !

               (Publié en 2018)

                Kariel. B Edition

        Chronique de Céline Barbier sur Babelio

            

              Commande en cliquant sur le Bon de commande

 

 

 

 

Page 1 couverture

            1851 - Marianne des Mées

                           (Publié en 2017)

                          Kariel. B Edition

             Chronique de Céline Barbier sur Babelio

 

              Commande en cliquant sur le Bon de commande

 

 

 

 

Couverture 600PPM

           Au nom de notre bonne foi !

                     (Publié en 2015)

                          Kariel. B Edition

        Chronique de Céline Barbier sur Babelio

 

 

 

 

 

COUVERTURE LIVRE

      Porteurs de rêves

            (Publié en 2014)

               Kariel. B Edition

       Chronique de Céline Barbier sur Babelio

 

 

 

 

 

Couverture

 

 

  L'anneau de Saint-Jérôme 

                    (publié en 2013)

                     Kariel. B Edition

     Chronique de Céline Barbier sur Babelio

 

 

 

Justiceauxpoings   

 

          Justice aux poings ! 

                (publié en 2011)

                   Kariel. B Edition

         Chronique de Céline Barbier sur Babelio

 

 

 

 

Scan

  

         Il faut sauver le Saint-Esprit

                (publié en 2010)


                                     Kariel. B Edition

                       Chronique de Céline Barbier sur Babelio

Posté par B2IA à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]