Patrice Saunier : Extrait de la préface

Si le 16ème siècle reste marqué par l'horreur des guerres de religions entre catholicisme et protestantisme, l'auteur de ce roman, Daniel Berthet, nous transporte dans un 17ème siècle tout aussi terrifiant au cours duquel le malheur des guerres s'est poursuivi insidieusement.

L'art de conteur de Daniel est encore là. Il sait mener un roman haletant et riche en péripéties. À travers le destin d'Ercilie, il met en pages la religion, la guerre l'amour, l'amitié et la douceur féminine qui en font sa force et sa dignité. Roman à multiples facettes parce que la vie est là envers et contre tout, au milieu des intrigues de cour (mais qu'en est-il aujourd'hui ?) et au milieu de la crasse d'où naissent des fleurs de rêve qui éclairent et éclaboussent de rires parfois.

Ghislaine Degache

Quel plaisir de retrouver la plume ensorcelante de Daniel Berthet !

Il est un auteur sans pareil pour nous faire voyager dans le passé, en l’occurrence dans ce dernier roman, au cœur du 17ème siècle, en toute simplicité et en toute réalité.  Le troisième tome de la collection Les foudres du ciel, après Au nom de notre bonne foi et L’anneau de Saint Jérôme,  s’intitule Ericile d’Ourène, Baronne de Saint-Jérôme.  Il peut être lu indépendamment, mais à l’issue de sa lecture, vous n’aurez qu’une hâte, lire les deux premiers pour approfondir votre connaissance d’Ercilie et de ses parents et le contexte historique dans lequel ils ont vécu. Car, oui, l’histoire de la vie d’Ercilie est étroitement liée à la grande histoire et c’est tout ce qui fait le charme de ce roman.

Monique Etienne

Ercilie d’Ourène, une femme de caractère !

Le roman est très bien écrit, très documenté et du point de vue historique, nous apprend énormément. Chapeau pour ce travail de recherche et cette restitution d’une histoire méconnue. Je salue également la recherche d’une langue riche de son terroir, semée de mots nouveaux et pleinement de son temps.

Tu sais nous replonger dans l’horreur des guerres de religion, de la haine engendrée par des dogmes qui ne servent que les puissants. Tu restitues l’atmosphère de ce dix septième siècle marqué lui aussi par la barbarie et la pandémie.

Jean-Paul Degache

Que d’aventures ! Que de souffrances ! Que de malheurs se sont abattus sur ce XVIIe siècle dans lequel Daniel Berthet m’a plongé sur les pas d’Ercilie d’Ourène, baronne de Saint-Jérôme !

 Ce nouveau volet d’une trilogie intitulée Les Foudres du Ciel, commencée avec Au nom de notre bonne foi, poursuivie dans L’anneau de Saint-Jérôme, cette trilogie se termine avec la vie tourmentée d’Ercilie d’Ourène. C’est l’occasion, pour moi, de rappeler que cet écrivain a déjà publié huit romans auparavant : Justice aux Poings, 1851 Marianne des Mées, Porteurs de rêves, Putain de guerre ! et Comme un oiseau sur la mer dans la collection Résistances. Ercilie d’Ourène, baronne de Saint-Jérôme complète la collection Les Foudres du Ciel.

 Que le titre de ce nouveau roman ne vous induise pas en erreur ! Avant de porter le titre de baronne, Ercilie a vécu quantité d’événements, subi beaucoup de désagréments, souffert souvent mais a aussi connu des moments de bonheur. Une vie bien remplie…